spectacle


spectacle

spectacle [ spɛktakl ] n. m.
• v. 1200; lat. spectaculum
1Ensemble de choses ou de faits qui s'offre au regard. aspect, tableau. « Des vers que nous inspirait le spectacle de la nature » (Chateaubriand). Au spectacle de : à la vue de. — Donner qqch. en spectacle, l'exposer, l'exhiber. Se donner en spectacle : s'afficher en public, se faire remarquer de façon déplacée (cf. Faire son numéro).
2(fin XIIIe) Représentation théâtrale, cinématographique, chorégraphique; pièce, film, ensemble des numéros qu'on présente au public au cours d'une même séance. Une troupe de spectacle. Spectacle imprévu. happening. Salle de spectacle(s). Le clou du spectacle. Spectacle à un seul personnage. one man show, solo. Courir les spectacles. Allez-vous souvent au spectacle ? Donner un spectacle de danse, de marionnettes. Cote de succès des spectacles. box-office. (En composition) Qui est un spectacle, se présente comme tel. La politique-spectacle. Procès-spectacle.
Ensemble des activités concernant le théâtre, le cinéma, le music-hall, la télévision, etc. Le monde, l'industrie du spectacle. show-business.
3(1675) Vx Mise en scène.
(1835 ) Mod. Loc. Pièce, revue à grand spectacle, qui comporte une mise en scène somptueuse.

spectacle nom masculin (latin spectaculum) Ensemble de ce qui se présente au regard, à l'attention, et qui est capable d'éveiller un sentiment : Contempler le spectacle d'un coucher de soleil. Représentation théâtrale, projection cinématographique, etc. : La rubrique des spectacles dans un journal. Ensemble des activités du théâtre, du cinéma, du music-hall, etc. : L'industrie du spectacle.spectacle (expressions) nom masculin (latin spectaculum) À grand spectacle, se dit d'un film, d'une pièce, qui mettent en œuvre d'importants moyens et dont la mise en scène est luxueuse. Au spectacle de, à la vue de. Se donner, s'offrir en spectacle, s'afficher en public, attirer fâcheusement l'attention sur soi. Société du spectacle, conception selon laquelle, dans la société contemporaine, les rôles sociaux, les échanges culturels ou commerciaux sont assumés avant tout dans une perspective ostentatoire, et sont ainsi vides de toute authenticité. ● spectacle (synonymes) nom masculin (latin spectaculum) Ensemble de ce qui se présente au regard, à l'attention...
Synonymes :
- scène
- vue

spectacle
n. m.
d1./d Ce qui attire le regard, l'attention. Jouir du spectacle de la nature.
Loc. péjor. Se donner en spectacle: se faire remarquer.
d2./d Représentation donnée au public (pièce de théâtre, film, ballet, etc.). Un spectacle de variétés.
|| Spectacle solo: Syn. (off. recommandé) de one man show.
|| Ensemble des activités théâtrales, cinématographiques, etc. Le monde du spectacle.
d3./d Pièce, film à grand spectacle, à la mise en scène fastueuse.

⇒SPECTACLE, subst. masc.
A. — 1. Ce qui se présente au regard; vue d'ensemble qui attire l'attention et/ou éveille des réactions. Un spectacle aussi horrible qu'inattendu s'offrit alors à leurs regards. Ce disque de verre, convexe sur ses deux faces, en forme de lentille, grossissait démesurément les objets que l'on regardait à travers (VERNE, 500 millions, 1879, p. 236):
1. Il ne cherchait d'ailleurs pas à analyser ce qu'il croyait voir; il n'eût pas été capable de traduire en mots ses intuitions; il était bien trop pris par le spectacle pour se dédoubler et pour enregistrer quoi que ce fût.
MARTIN DU G., Thib., Pénitenc., 1922, p. 837.
SYNT. Spectacle admirable, affligeant, choquant, curieux, désolant, douloureux, édifiant, enchanteur, extraordinaire, étrange, grandiose, grotesque, imprévu, inoubliable, insupportable, navrant, réconfortant, répugnant, singulier, triste; être témoin, se désintéresser d'un spectacle; jouir du spectacle de; s'arracher, être sensible au spectacle de; être frappé, touché par le spectacle de; infliger un spectacle à qqn; spectacle qui fait pitié, qui indigne; le spectacle de la rue, de la guerre. [Avec un adj. antéposé, marquant gén. un jugement de valeur] Un effrayant, un épouvantable, un joli, un triste, un sacré (fam.) spectacle.
Loc. et expr.
En spectacle. [En constr. prép.; avec une connotation gén. péj.]
Donner, offrir, exposer, jeter en spectacle. Montrer, exhiber à la vue de tous. Je vous prie de croire que je sais garder ma dignité moi-même. Vous avez voulu me donner en spectacle: laissez-moi achever mon rôle (SAND, Lélia, 1839, p. 456). Nous offrons en spectacle à nos frères La barque de l'apôtre en proie aux vents contraires, Touchant à peine au port, et, comme aux premiers jours, Lancée en haute mer pour y lutter toujours (LECONTE DE LISLE, Poèmes ant., 1874, p. 285).
Se donner en spectacle. S'afficher, s'exposer au regard, au jugement d'autrui. On lave son linge sale en famille, que diable! On ne se donne pas en spectacle comme vous le faites depuis ce matin (A. DAUDET, Fromont jeune, 1874, p. 345). Son métier l'amusait dans la mesure où un avocat, lorsqu'il plaide, se donne en spectacle (BEAUVOIR, Mém. j. fille, 1958, p. 36).
Être en spectacle. Être exposé au regard, à la critique d'autrui. C'est le seul endroit [chez soi] où l'on ne pose pas, le seul où l'on ne soit pas en spectacle, où l'on n'ait plus besoin de paraître beau, de se conformer aux usages et aux exigences (KARR, Sous tilleuls, 1832, p. 69). Nous ne devons pas être en spectacle. Plus on se trompe sur notre compte, plus on nous recouvre de fables, plus cela nous abrite et nous enseigne à vivre en paix (COCTEAU, Diff. d'être, 1947, p. 209).
♦ [Suivi d'un subst. introd. par de, pour mettre l'accent sur la chose vue, considérée]
Au spectacle de, à ce spectacle. À la vue de quelque chose, à la vue de cette chose, de cela. À ce spectacle affreux Caïrbar éperdu fuit derrière un rocher; et là, brûlant de rage, L'œil fixé sur mon fils, il l'attend au passage, Le frappe (BAOUR-LORMIAN, Ossian, 1827, p. 144). Egayez-vous un peu, pour ce qui vous concerne, au spectacle de ce que souffrent tant de malheureux qui, loin de donner à dîner et d'avoir du superflu et des jouissances, n'ont pas même le nécessaire (DELACROIX, Journal, 1851, p. 441).
S'absorber dans le spectacle de. Regarder avec insistance, fixement quelque chose, quelqu'un. Jusque-là, il avait paru absorbé dans le spectacle de son assiette. Renée, aux petits soins pour lui, n'en obtenait que de légers grognements de satisfaction (ZOLA, Curée, 1872, p. 344). Le miroir, fidèlement, lui présenta son image et Suzanne s'absorba dans le spectacle de cette image (DUHAMEL, Suzanne, 1941, p. 292).
Donner le spectacle de. Montrer, donner à voir une certaine image de quelque chose, de quelqu'un. Les deux frères siamois qui amusèrent jadis la curiosité de l'Europe n'étaient pas plus indissolubles (...). Si l'un avait été porteur d'eau et l'autre notaire, peut-être auraient-ils donné le spectacle d'une amitié moins fraternelle (ABOUT, Nez notaire, 1862, p. 117). Le XIXe siècle offre le spectacle d'un enchevêtrement inextricable, dû aux reprises successives ou même simultanées des manières de jadis (GRANDJEAN, Orfèvr. XIXe s., 1962, p. 77).
Servir de spectacle, faire spectacle. Attirer l'attention de manière exagérée par son comportement, son aspect. Mon fils me dévore, malgré une sagesse qui fait spectacle ici (J. DE MAISTRE, Corresp., t. 3, 1808, p. 9). [La note] était un compliment à son ami qu'il ne nommait pas mais qu'il désignait comme le seul, entre de beaux esprits, qui n'acceptât pas de servir de spectacle aux grands et ne fît pas parade de son esprit et de son caquet (GUÉHENNO, Jean-Jacques, 1948, p. 301).
2. Fait de voir, de contempler, d'observer une chose, un ensemble d'éléments qui s'inscrit dans une durée, dans un processus. Le spectacle de la misère, de la débauche, de la décrépitude, du beau, de la nature. Le spectacle de l'écoulement du temps, du mouvement des astres, de la fragilité des choses et des êtres, avait convaincu Héraclite de l'existence de la raison (Hist. sc., 1957, p. 1629).
3. Au fig. Ensemble de faits, d'événements, de phénomènes qui se présentent à l'observation, à l'étude. Spectacle de l'hypocrisie universelle; spectacle d'un peuple qui se relève; spectacle des civilisations déchues. C'est une grande leçon que tant de spectacles des vanités humaines, cela enlève le prestige du passé comme les illusions d'avenir (LAMART., Corresp., 1833, p. 341). Voilà un point où le spectacle de la société moderne échappe à l'assimilation qu'on veut lui imposer avec des états révolus du monde (J.-R. BLOCH, Dest. du S., 1931, p. 225).
B. — 1. Représentation de théâtre, de danse, de cinéma, d'opéra, de numéros de variétés, qui est donnée en public. Synon. exhibition. Lucien vint se replacer au coin de sa loge et demeura, pendant le reste de la représentation, absorbé (...) par le pompeux spectacle du ballet du cinquième acte (BALZAC, Illus. perdues, 1839, p. 194). Pour les uns, le loisirassistance passive au spectacle télévisé ou plaisir de l'automobileremplacerait la participation aux réunions politiques (DUMAZEDIER, RIPERT, Loisir et cult., 1966, p. 39).
SYNT. Spectacle acrobatique, amateur, chorégraphique, cinématographique, classique, dramatique, folklorique, forain, lyrique, populaire; spectacle de ballet, de cirque, de concert, de danse, de gala, de music-hall, de strip-tease, de télévision, de variétés, de vidéo; spectacle enregistré, permanent, radiodiffusé, télévisé; spectacle pour la jeunesse, de masse, en plein air; créer, différer, diffuser, organiser, remettre, retransmettre un spectacle; la fin, la sortie du spectacle; mise en scène, sonorisation d'un spectacle; les arts, le domaine du spectacle; le programme des spectacles.
Spectacle total. Représentation où se mêlent plusieurs disciplines artistiques habituellement séparées. L'introduction de la musique au théâtre, issue de la tendance au spectacle « total », est sans doute un des héritages de Diaghilew qui sut prouver avec les ballets russes la nécessité de l'interpénétration des différents arts (SAMUEL, Art mus. contemp., 1962, p. 772).
Loc. Subst. + de spectacle. Ce qui est utile au spectacle, qui sert à un, des spectacles. Billet, salle de spectacle. Un vieux bonhomme, pas fortuné et myope, vient tous les jours lire mon feuilleton à la devanture du Gil Blas avec une lorgnette de spectacle (GONCOURT, Journal, 1884, p. 321).
— [À propos d'une personne, d'un ensemble de personnes qui organise, gère un, des spectacles] Entreprise de spectacle. Les directeurs de spectacle, à Paris, sont mieux gardés que les rois et les ministres (BALZAC, Cous. Pons, 1847, p. 194). Les organisateurs de spectacles dramatiques le savent, qui ont tenté sans succès d'introduire une péripétie sportive dans une pièce de théâtre (Arts et litt., 1935, p. 44-2).
2. Absol. Représentation artistique considérée du point de vue de la vie culturelle, mondaine. Passer sa soirée au spectacle. Peu leur importe que nous ayons dix amants de plus, pourvu (...) qu'elles puissent de temps en temps se promener dans notre voiture et venir au spectacle dans notre loge (DUMAS fils, Dame Cam., 1848, p. 167). Le public, d'autre part, perd l'habitude d'attacher de l'importance au fait d'aller au spectacle. Il entre au cinéma comme au café: le spectacle n'est plus un divertissement exceptionnel (Arts et litt., 1936, p 88-5).
Loc., vx. Avoir spectacle. Nous avons à Bonn spectacle une fois par semaine. Je n'ai vu jouer jusqu'ici que des drames plus ou moins épouvantables et des farces (J.-J. AMPÈRE, Corresp., 1827, p. 416).
Au plur. Les spectacles étaient partout commencés, je crois. Il n'y avait plus dans la rue que les boutiquiers et les chats (CAMUS, Étranger, 1942, p. 1138).
♦ Dans le domaine des médias. La rubrique, le magazine des spectacles. Outre la critique théâtrale proprement dite, sont insérés dans la rubrique à la page des spectacles: les comptes rendus, les communiqués, les programmes, les annonces des différentes attractions de la ville (COSTON, A.B.C. journ. 1952, p. 121).
3. Loc. [Avec le sens de « mise en scène »]
À grand spectacle. Où l'on déploie une mise en scène, des effets impressionnants, importants. Film, pièce, féérie à grand spectacle. « Paris qui marche » était le titre de la pièce, une idiote revue à grand spectacle, toute en décors et en nudités féminines (LORRAIN, Phocas, 1901, p. 262). Certes, le ballet à grand spectacle produit l'illusion d'une action scénique, semble être une fusion des divers arts qui le constituent (LIFAR, Traité chorégr., 1952, p. 108).
P. métaph. Entre Israël et l'Égypte, la porte a claqué. Mais Carter fera tout pour qu'elle ne soit pas verrouillée. Le temps de la diplomatie à grand spectacle a peut-être pris fin (Le Point, 23 janv. 1978, p. 64, col. 1).
Mettre en spectacle. Mettre en scène et, p. ext., privilégier les aspects les plus spectaculaires d'un objet artistique. L'auteur porte encore ses regards sur (...) la partie du firmament où est le vaisseau appelé l'arche (...) sur la bête aux cornes d'agneau (...); ce sont là les divers tableaux qu'il met en spectacle, et qu'il enchâsse dans un cadre merveilleux et tout allégorique (DUPUIS, Orig. cultes, 1796, p. 581). [Certaines œuvres] ne deviennent réelles que lorsqu'elles sont jouées, c'est-à-dire mises en spectacle, et pourtant elles ont un être propre (Jeux et sports, 1967, p. 740).
4. P. anal.
a) Manifestation sportive considérée comme une représentation par les performances, les effets artistiques, visuels, émotionnels qu'elle comporte. Il y a quelques années, les spectacles de catch se présentaient sous le titre de pancrace, renouvelé de l'antiquité grecque où il désignait un exercice plus rude que la lutte proprement dite (Comment parlent les sportifs ds Vie Lang. 1954, p. 374).
b) Manifestation, audience publique ayant un aspect spectaculaire. À peine rassemblé, le public s'occupe des femmes élégantes qui arrivent et se placent avec fracas; plus tard, il s'amuse à reconnaître les ministres présents et passés qui ont daigné se faire de l'Académie; il considère les cordons et les plaques. Enfin, ce qui sauve les discours à l'Institut, c'est qu'il y a spectacle (STENDHAL, Racine et Shakspeare, t. 1, 1825, p. 66).
c) Supplice, exécution capitale fait en public. La populace de la ville, qui s'était vainement attendue au spectacle de sept exécutions successives, commençait à désespérer de ce plaisir (HUGO, Han d'Isl., 1823, p. 563). Les exécutions à mort sont très-recherchées des Parisiens, et la place de ce chapitre serait au livre des Divertissements (...). Entre autres petits commerces qui se font dans le cours du spectacle, il y a la vente de la complainte (VEUILLOT, Odeurs de Paris, 1866, p. 381).
5. En compos. ou en appos.
a) Manifestation, réception organisée comme un spectacle, accompagnée d'un spectacle. Dîner spectacle. Chaque semaine, il [Lewis Carroll] s'offrait une fête. Elles venaient toutes, ses adulées, au thé-spectacle qu'il donnait chez lui. On écoutait des boîtes à musique. Il racontait des histoires merveilleuses (Le Point, 5 janv. 1976, p. 74, col. 1). Nous avons pu voir ces jours-ci la belle lecture-spectacle qu'il [Vitez] donne à Nanterre des « Cloches de Bâle » d'Aragon (Le Nouvel Observateur, 26 janv. 1976, p. 59, col. 2).
b) Gén. péj. Représentation artistique, manifestation sportive où l'on privilégie l'aspect spectaculaire, à grand spectacle. Meeting-spectacle; sport-spectacle. Le cinéma spectacle continue à attirer ses foules habituelles: « Les dents de la mer » se classe en tête des films sortis depuis le 1er janvier (Elle, 11 oct. 1976, p. 14, col. 3). La Route du rhum en solitaire (...) aura eu dès sa première édition le mérite (les esprits chagrins diront le défaut) d'inaugurer en France, devant un stupéfiant public, le temps de la voile-spectacle (Le Point, 13 nov. 1978, p. 95, col. 1).
Au fig. Événement, phénomène, institution présenté, organisé de manière à agir comme un spectacle. Délinquance spectacle, protestation-spectacle; déclaration, information spectacle; l'État-spectacle. Il s'agit d'une violence spectacle qui, contrairement au crime d'autrefois, cherche le public et veut être relayée par les mass média (L'Express, 1er août 1977, p. 34, col. 1):
2. Giscard le sait depuis des semaines, qui attache une telle importance au « Grand Débat » de TF 1. C'est à sa demande que l'émission a lieu sans public, contrairement à l'habitude (...). Peur de verser dans la politique spectacle, comme le confiera Giscard lui-même?
L'Express, 14 mars 1981, p. 84, col. 1.
Rem. Ces comp. gén. récents sont très fréq. et très productifs; ils sont constr. indifféremment avec ou sans trait d'union.
6. En partic.
a) Ensemble des activités concernant les représentations publiques. Synon. show(-)business. Le monde, les professionnels, l'industrie du spectacle. Le directeur du centre est choisi par la municipalité parmi les candidats inscrits à une liste d'aptitude établie par le ministre après avis d'une commission où sont représentées les municipalités des villes choisies comme sièges de centres et la fédération nationale du spectacle (Théâtres nat. Fr., 1954, p. 33).
b) Ensemble des règles juridiques, économiques qui régissent les représentations publiques. Les impôts sur les spectacles; la police des spectacles. Les recettes fiscales indirectes: taxe locale, taxe sur les spectacles, licence des débits de boissons (FONTENEAU, Cons. munic., 1965, p. 68).
7. HIST. ANT. Jeux et combats du cirque chez les Romains. Le cri des Romains, du pain et des spectacles, est également celui des Français, en changeant l'ordre des mots:des spectacles et du pain(JOUY, Hermite, t. 4, 1813, p. 152). Une des façons de s'amuser en public, introduite par les Romains, fut l'organisation de tueries dans l'amphithéâtre. La diffusion de ses spectacles de gladiateurs et de chasses n'est connue que par les inscriptions avec leurs reliefs (L'Hist. et ses méth., 1961, p. 470).
REM. 1. Spectaculeux, -euse, adj., rare. Pompeux, qui est très spectaculaire. [Les cultivateurs grecs, syriens, arabes] se délassent le dimanche en assistant avec leurs familles aux longs et spectaculeux offices du culte grec ou syriaque (LAMART., Voy. Orient, t. 2, 1835, p. 73). 2. Spectacularisation, subst. fém., rare. Fait de transformer un événement, une action en spectacle, de le rendre spectaculaire. La spectacularisation des rencontres sportives ne prend sens que replongée dans son contexte culturel global. Par son importance et sa complexité, le sport imprègne désormais tout le tissu social (PARLEBAS 1981). 3. Spectacularité, subst. fém., rare. Fait de se présenter comme un spectacle, d'être ressenti comme un spectacle. La spectacularité sportive fuit le jeu paradoxal et les effets pervers ludiques. Elle est étroitement liée à la domestication du milieu: les effectifs de spectateurs recensés s'étagent de façon décroissante le long de la dimension domestication/sauvagerie (PARLEBAS 1981).
Prononc. et Orth.: [], [spe-]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. Ca 1200 « ce qui s'offre aux regards, est susceptible d'éveiller des sentiments, des réactions » (Dialoge Gregoire lo pape, éd. W. Foerster, p. 127, 13: cil meismes rois senzfeges ... seoit el spectacle por regardeir la mort del vesque [ke om ... getast az urz por devorer al regard del pople]); ca 1470 soi bailler en spectacle (G. CHASTELLAIN, Chron., éd. Kervyn de Lettenhove, t. 1, p. 64); 1643 au spectacle de (CORNEILLE, Polyeucte, III, 3); 2. fig. a) ca 1470 « modèle, celui qui attire les regards » (G. CHASTELLAIN, op. cit., p. 62: [Philippe] spectacle futur des princes chrestiens); b) ca 1590 « ensemble de choses qu'observe l'esprit » (MONTAIGNE, Essais, III, 2, éd. P. Villey et V.-L. Saulnier, p. 1046; veoir de mes yeux ce notable spectacle de nostre mort publique); 3. a) ca 1280 « divertissement offert au public » faire sepectacles (WILLIAM OF WADINGTON, Manuel des pechiez, éd. Fr. J. Furnivall, 4279); b) 1502 « sorte de pavillon, de décor aménagé pour exposer quelque chose à la vue d'une foule » (JEAN D'AUTON, Chron., éd. R. de Maulde de La Clavière, t. 3, p. 55); c) 1675 « mise en scène d'un spectacle » opéra [...] sans spectacle (LA FONTAINE, Épitre à Mme de Thiange ds Œuvres, éd. H. Régnier, t. 9, p. 177); 1797 comédie à grand spectacle (La Petite poste de Paris, n° 107, 26 germinal an 5, p. 1211 ds QUEM. DDL t. 25); 4. 1370 antiq. « jeux, combats du cirque, du théâtre » maistre des spectacles (NICOLE ORESME, Ethiques, éd. A. D. Menut, IV, 9, p. 242). Empr. au lat. spectaculum « spectacle, vue, aspect (spectaculo alicui esse); spectacle au cirque, au théâtre ». Fréq. abs. littér.:6 327. Fréq. rel. littér.: XIXe s.: a) 11 491, b) 9 176; XXe s.: a) 7 272, b) 7 810. Bbg. GOHIN 1903, p. 339; p. 248 (s.v. spectaculeux). — QUEM. DDL t. 25, 27, 4 (s.v. spectaculeux).

spectacle [spɛktakl] n. m.
ÉTYM. V. 1200; lat. spectaculum, de spectare « regarder ».
1 Ensemble de choses, de faits qui offre au regard une vue remarquable, capable d'éveiller des sentiments, de provoquer des réactions; le fait de voir, de contempler (de telles choses). Aspect (supra cit. 1), scène (II., 4.), tableau, vue. || Spectacle qui s'offre (2.) aux yeux, au regard. || Le spectacle de la nature (→ Banquet, cit. 2; murmurer, cit. 5). || La baie de Naples présente un spectacle magique. Panorama (→ Grandiose, cit. 4). || Spectacle indécent, odieux, risible (→ Haranguer, cit. 3).
1 Le spectacle de la relève de la garde, à Saint-James, les combla tellement qu'ils y retournèrent trois matins de suite, comme à un office.
J. Romains, les Hommes de bonne volonté, t. V, XXVI, p. 262.
(1642). || Au spectacle de… Vue (à la vue de). || À ce spectacle, le peuple s'émut (cit. 18). || Donner qqch. en spectacle : l'exhiber. Exposer (→ aussi Reste, cit. 18).Servir de spectacle à la foule, à des enfants cruels (→ Exciter les moqueries, être la risée de…).(1689). || En spectacle. (Avec une idée d'excentricité, d'inconvenance, de vanité).Se donner, s'offrir en spectacle : s'exhiber, se montrer, se faire remarquer.
2 Il (Néron) excelle à conduire un char dans la carrière,
À disputer des prix indignes de ses mains,
À se donner lui-même en spectacle aux Romains,
À venir prodiguer sa voix sur un théâtre (…)
Racine, Britannicus, IV, 4.
Fig. || Le spectacle des vices et des vertus des siècles passés (→ Histoire, cit. 3). || Le spectacle de tout un peuple qui se relève (→ Relèvement, cit. 1).
2 (Fin XIIIe). Représentation (I., 4.) théâtrale, lyrique, cinématographique, chorégraphique, etc.; pièce, film, ensemble des numéros, etc. qu'on présente au public au cours d'une même séance. || Spectacles de danses folkloriques. Exhibition (supra cit. 2). || Spectacle de music-hall, de variétés, de cirque, de café-théâtre. || Spectacle de ballets. || Spectacle télévisé.Le clou d'un spectacle. || Spectacle imprévu. Happening. || Spectacle total, qui rassemble diverses activités habituellement séparées.Spectacle à un seul personnage. One man show.Entrepreneur de spectacles (→ Gratis, cit. 5). || Cote de succès des spectacles. Box-office. || Établissement de spectacles publics (→ Entreprise, cit. 11). || Donner un spectacle au public. Représenter. || Spectacle de matinée, de soirée. Séance. || Cinéma (cit. 6) qui donne un spectacle permanent. || Courir, fréquenter (cit. 1) les spectacles. Sortir. || Assister à un spectacle. Spectateur.Littér. || « Lettre sur les spectacles », pamphlet de Rousseau, sous forme de lettre adressée à d'Alembert.« Un spectacle dans un fauteuil », recueil de Musset (2 pièces en vers et Namouna).
3 Un spectacle ennuyeux est chose assez commune,
Et tu verras le mien sans quitter ton fauteuil.
A. de Musset, Premières poésies, « Au lecteur des deux pièces qui suivent ».
4 — Avez-vous un théâtre ?
— Aller au spectacle, s'écria Madame Grandet, voir des comédiens ! Mais, monsieur, ne savez-vous pas que c'est un péché mortel ?
Balzac, Eugénie Grandet, Pl., t. III, p. 540.
4.1 Pour vaste que soit ce programme, il ne dépasse pas le théâtre lui-même, qui nous paraît s'identifier pour tout dire avec les forces de l'ancienne magie.
Pratiquement, nous voulons ressusciter une idée du spectacle total, où le théâtre saura reprendre au cinéma, au music-hall, au cirque, et à la vie même, ce qui de tout temps lui a appartenu. Cette séparation entre le théâtre d'analyse et le monde plastique nous apparaissant comme une stupidité.
A. Artaud, le Théâtre et son double, Idées/Gallimard, p. 122.
(Chez les Romains). Les jeux du cirque et de l'amphithéâtre, les naumachies, etc. Panem et circenses (→ Attirer, cit. 31).
De spectacle. || Salle de spectacles : cinéma, music-hall, théâtre… Salle. → Hanter, cit. 3; 2. lieu, cit. 11; plâtrer, cit. 3. — Absolt. || Aller au spectacle (→ Fringale, cit. 1; 1. roman, cit. 13).
Le spectacle : l'ensemble des activités concernant le théâtre, le cinéma, le music-hall, la télévision, etc. || Le monde, l'industrie du spectacle.les américanismes Show business (cit.), showbiz.
Spécialt. Les spectacles de variétés.
3 Vx. Mise en scène. — ☑ (1835). Loc. mod. Pièce, revue à grand spectacle, qui comporte une mise en scène somptueuse, impressionnante.
5 C'est le paradis moderne pour le peuple que ces pièces à grand spectacle du boulevard. Ce que la cathédrale gothique avec ses pompes et ses richesses était à l'imagination du moyen âge, le truc l'est au rêve du titi. Au ciel du faubourg Saint-Antoine, le corps de ballet remplace les Anges et les Dominations.
Ed. et J. de Goncourt, Journal, 12 févr. 1866, t. III, p. 18.
6 N'empêche que dans la croissance et le déclin des nations comme dans le mûrissement et la décadence des cultures ce ne sont pas ces clous de pièce à grand spectacle qui sont les éléments déterminants.
Michel Leiris, Fourbis, p. 21.
4 Ce qui est organisé pour être montré, pour agir comme un spectacle. || Le spectacle politique. || « L'État-spectacle, essai sur et contre le star system en politique », ouvrage de R.-G. Schwartzenberg.
DÉR. (Du même rad. lat.) Spectaculaire.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • spectacle — SPECTACLE. s. m. Representation que l on donne au public pour le divertir. l Opera est un beau spectacle. la comedie est un agreable spectacle. aller aux spectacles. les spectacles sont necessaires pour amuser les peuples. il aime les spectacles …   Dictionnaire de l'Académie française

  • Spectacle — Spec ta*cle, n. [F., fr. L. spectaculum, fr. spectare to look at, to behold, v. intens. fr. specere. See {Spy}.] 1. Something exhibited to view; usually, something presented to view as extraordinary, or as unusual and worthy of special notice; a… …   The Collaborative International Dictionary of English

  • spectacle — (n.) mid 14c., specially prepared or arranged display, from O.Fr. spectacle, from L. spectaculum a show, spectacle, from spectare to view, watch, frequentative form of specere to look at, from PIE *spek to observe (see SCOPE (Cf. scope) (1)) …   Etymology dictionary

  • spectacle — public, Spectaculum. Un spectacle qui n est point agreable, Minime gratum spectaculum. Spectacle triste, Miserum spectaculum …   Thresor de la langue françoyse

  • spectacle — ► NOUN ▪ a visually striking performance or display. ● make a spectacle of oneself Cf. ↑make a spectacle of oneself ORIGIN Latin spectaculum public show , from specere to look …   English terms dictionary

  • spectacle — [spek′tə kəl] n. [OFr < L spectaculum < spectare, to behold, freq. of specere, to see: see SPY] 1. something to look at, esp. some strange or remarkable sight; unusual display 2. a public show or exhibition on a grand scale 3. [pl.] Old… …   English World dictionary

  • spectacle — index phenomenon (manifestation), phenomenon (unusual occurrence), scene, vision (dream) Burton s Legal Thesaurus …   Law dictionary

  • spectacle — [n] something showy; exhibition comedy, curiosity, demonstration, display, drama, event, exposition, extravaganza, marvel, movie, pageant, parade, performance, phenomenon, play, production, representation, scene, show, sight, spectacular, tableau …   New thesaurus

  • spectacle — (spè kta kl ) s. m. 1°   Tout ce qui attire le regard, l attention, arrête la vue. •   Au spectacle sanglant d un ami qu il faut suivre...., CORN. Poly. III, 3. •   Auguste journée où ces deux rois [d Espagne et de France], avec leur cour d une… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • SPECTACLE — s. m. Il se dit de Tout objet ou ensemble d objets qui attire les regards, l attention, qui arrête la vue. Beau spectacle. Triste, horrible spectacle. Spectacle d horreur. Spectacle tragique. Spectacle touchant, instructif. Spectacle magnifique,… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)